VENDREDI 22 JUILLET

03-Barreur copie

Oui, c’était venté ce vendredi 22 juillet, du force 4 officiel venant du Nord-Ouest. Pas de quoi intimider le camarade Frédéric qui s’essayait donc dans les fonctions de barreur pour un long voyage. Faut dire que Frédéric avait découvert la voile sur multimono lors de ses vacances 2015 aux Oréades, avec des petites séances matinales dans du vent gentil. Là, c’était autre chose. D’ailleurs on prit un ris ce jour-là, conformément aux prescriptions.

01-Famille copie

Le force 4 agite le lac mais ravit les enfants qui sont loin d’imaginer que parfois, c’est plutôt du force 5 qui nous attend au virement. Papa et maman font partie de celle nouvelle génération de véliplanchistes qui sont passés directement à la planche à voile sans la sacro sainte initiation sur optimists, catamarans, etc. Des gens habitués au vent travers.

AllerComplet

Pour une première mission aux Caraïbes, c’est pas mal du tout !
Bien-sûr, avec un ris et du clapot contrariant, faut pas espérer se maintenir à 45° du vent. Mais au fait,  selon quel angle progressait-on par rapport au vent ?
Coup d’oeil sur le compas :
Angle au vent000

Le vent réel vient du 299° et le bateau suit un cap au 235°. Ce qui nous fait 299-235 = 64° par rapport au vent. Ceux qui diront que l’on aurait pu faire mieux sont des fanfarons !

02-Caraibes copie

On arriva comme prévu dans le lagon des Caraïbes. Peu de monde ce jour-là aux Caraïbes. Une occasion de faire une belle photo depuis la montagne :

04-Butte copie

Tout le monde connaît ce superbe panorama qui est le plus beau des Landes, donc le plus beau d’Aquitaine et donc le plus beau de France…
Raison de plus pour s’y livrer à quelques espiègleries :

05-enfants copie

Cela s’appelle « chercher des poux sur la tête de son voisin »…
Mais du côté des grandes personnes, nous abordons des sujets autrement plus sérieux !

06-Alios copie

Ci devant vous, un « rocher » à partir duquel on peut expliquer toute l’histoire des Landes !
Et c’est parti pour 20 minutes d’explications diverses et saugrenues en rapport avec cette cata écologique que fut la loi du 19 juin 1857 rendant obligatoire la plantation des landes (landes à mouton) en pins.
Les historiens landais contemporains, héritiers des « bienfaits » de cette loi, en attribuent les mérites au sieur Brémontier. Et ils ne cessent de dénigrer le travail d’un jeune ingénieur des Ponts et Chaussées des années 1830, Jules Chambrelent, qui expérimenta à ses frais le drainage des eaux retenues par l’alios (le « rocher » que l’on voit en photo) et proposa la mise en valeur des landes par la sylviculture.

Jules-001

Qui a mis « en état normal de culture » ces centaines de milliers d’hectares ?
Et qui en a profité ?
Vaste sujet…
qui sera abordé un jour ou l’autre sur ce site internet.
On peut déjà évoquer les travaux photographiques d’un « fada » de l’époque, Félix Arnaudin, qui s’acharna toute sa vie à mettre en archive sur plaques de verre la « lande de parcours » avant qu’elle ne soit remplacée par ces ignobles rangées de pins.

bergers-echassiers-felix-arnaudin copie

Oui, mais c’est pas tout, il faut rentrer aux Oréades ! Et le vent est toujours gaillard !Retour complet

Un grand parcours au vent travers puis au vent arrière nous attend.
Voyage agrémenté de quelques surprises.
Coup d’oeil sur un épisode particulier :

ManqueAVirer

On quitte les Caraïbes au vent travers, safran et dérive complètement relevés puisque nous partons dans 50 cm d’eau et qu’il faut passer au-dessus des « rochers » d’alios.
Puis il faut passer au vent arrière.
Pour éviter un empannage, le mieux consiste à remonter au vent, virer vent debout et prolonger le virement en ouvrant les voiles, etc…
Et par deux fois, nous nous trouvâmes en situation de « manque-à-virer ». Le bateau cale face au vent sans faire passer la bôme sur l’autre bord.
La troisième fois sera la bonne car auparavant, on prit pas mal de vitesse et avec l’élan, le bateau vira.

07-Barreur2 copie

Mais pourquoi ne voulait-il pas virer ? se demandait Frédéric.
Tout simplement parce que l’on avait oublié de remettre un peu de dérive… Donc, lors des deux premières tentatives, le bateau dérapait et s’arrêtait face au vent.
Faut penser à tout… semble dire la jeune Line

09-F&M copie

Quand soudain, sur notre babord…

11-P&F copie

… surgit Caminar qui voulait nous passer devant !
Ce qu’il fit.

On avait oublié de…

10-Balancine copie

… relâcher les balancines qui gênent la grand-voile dans les allures au vent portant. Un détail qui nous coûta la victoire.




 

JEUDI 21 JUILLET

Qu’est-il donc advenu le MERCREDI 20 JUILLET ?
Un drame épouvantable !
La sieste s’est abattue sur l’équipage qui n’a refait surface que vers 17 heures de l’après-midi… Vaincus par la chaleur, nous avons renoncé à la navigation de ce 20 juillet. S’ensuit une amende de 12,75 € pour « non navigation écologique » ! Aux Oréades, on paie lorsqu’on ne navigue pas !
Mais, ce jeudi 21 juillet, Irène accueillait sur Caminar toute une famille suisse chassée de Winterthur par la fonte des neiges.

12-Famille copie

Heureusement que leur carte de séjour dans les Landes était à jour !
On fera donc la connaissance de Aline, Raffaela, Norina, Till et Miriam. Le papa est resté sur la berge, prétextant la nécessité de garder le chien… Tu parles ! La trouille ouais ! (ça, c’est du français oral).

01-Caminar-Is-Do

Et sur Potemkine, Francis et Isabelle avaient embarqué une réfugiée politique venant du Lot et Garonne. En fait, c’était la contribution des Oréades à l’accueil des réfugiées et autres migrants.

06-Irène copie

Des réfugiées, d’accord, mais des réfugiées en formation ! Et c’est donc Norima qui s’y colle bon gré mal gré.
Le ciel est lourdement chargé, pas besoin de crème. Le vent est d’une exceptionnelle douceur. Du force 2 venant de l’Ouest. L’idéal pour découvrir la voile.

07-CaminarTribord copie

De temps à autre, nous croisons Potemkine avec un chapeau rouge à la barre. le chapeau sert de feu arrière.
Un parcours sans faute, ou presque…

Aller

La relative faiblesse du vent ne nous permet pas aujourd’hui de faire route à 45° du vent. Nous sommes plutôt à 60° du vent. De temps en temps, il faut virer plus tôt que prévu pour éviter une flottille d’optimists ou d’OpenBic du CVS.
Et… nous pouvons donner un coup de loupe sur une bizarrerie de ce parcours…

Manque à virer000

Nous avons là un exemple typique de « Manque à Virer ».
1/- On papote, on papote, le bateau ralentit,
2-/ Norina lance son « Paré à Virer  ? »… mais on ne la croit pas,
Elle « envoie » sa manoeuvre mais pas de chance, le vent lui aussi décide de virer un peu plus au Nord. Résultat :
3-/ Elle ne sera pas dans la position espérée.
4-/ Il faut revenir sur tribord amure, au vent travers en espérant reprendre de la vitesse et…
5-/ On reprend la manoeuvre et, ouf, les voiles passent sur l’autre bord.
6-/ On est bien babord amure, on peut reprendre les discussions…

16-CanoeVoile copie

Et sur notre arrière babord, surgit l’étrange canoë-voile. Il vient se faire photographier de près. On peut voir tous les détails de cette embarcation qui ne peut être conçue que par un anglais.
Il nous dépasse !
Non mais…
08-Canoe copie

On peut voir les détails techniques de l’arrière…
Qu’en pense le peuple des marins d’eau douce ?

09-ArrivéeCaraïbes copie

Arrivée aux Caraïbes. Ce n’était pas la destination du jour, mais Aline en décida ainsi. Elle voulait se baigner et se faire photographier sur le célèbre Mont des Caraïbes :

10-Butte copie

Au premier plan, Till l’espiègle, le seul mâle de l’équipage !

Et c’est Miriam, qui connaît la voile (mais qui n’avait rien dit) qui mènera le retour, avec une sortie de lagon à toute vitesse, par vent travers :

15-Lagon copie

Les eaux du lagon étaient vertes ce jour-là et toujours à 28°.
Un retour classique :

Retour

Un grand bord de vent travers, on remonte au vent, on vire au vent de face et on ouvre progressivement la voilure pour se retrouver au vent portant, presque plein vent arrière.
Et c’est là que, survenant du fin fond du lac,
13-PotemkineDomi copie

surgit Potemkine et Potemkine nous passe devant !
Non mais…
14-AlineBarre copie

Et c’est Aline, d’apparence timide, qui va nous sauver de l’humiliation nautique. Elle va garder le contact avec Potemkine !
Et même que son frère Till réussira à toucher Potemkine avec le pistolet à eau ! Preuve que l’on n’était pas loin !




 

MARDI 19 JUILLET a-m

C’est parti pour le fameux chemin des ânes ! Avec un excellent vent d’Ouest subitement retrouvé, d’une régularité en force (3) et en direction tout à fait surprenante.

01-Corinne copie

Sur Potemkine, des Réunionnais et une vieille connaissance, Frédéric qui, en 2015,  découvrit la voile, un peu chaque matin…
Et à la barre, notre spécialiste du 420 qui a senti que dans ces circonstances météo,
il pouvait faire un exploit !

Sur Caminar…

10-Caminar copie

On reconnait Irène de Winterthur (quelque part en Suisse) qui vient juste de fermer son école pour les vacances d’été (à peine un mois !).
Avec Jacques, Francis et Didier, toute une famille de Montélimar. Et comme les habitants de la dite cité s’appellent des Montélimarins, normal qu’on les retrouve sur un bateau.

L’exploit du jour :

Aller

Une série de bords de près à 45° du vent, pas un degré de dérive !
Comme Pierre passe son temps sous l’eau, il connait tous les courants et les diverses embuches à éviter. Des bords à 90° sans décalage lors des virements, on ne voit pas cela tous les jours. Faut dire que c’est sa fille Corinne qui faisait équipière.
L’arrivée sur la plage des ânes est de plus en plus difficile. On passa à peine au-dessus des plaques d’alios assez dures, datant du temps de la Révolution, lorsque le lac envahit ces nouveaux territoires et chassa le sable qui les recouvrait jusqu’alors… (A vérifier).

12-ChemDesAnes copie

L’eau garde une teinte rougeâtre due à l’oxyde de fer (rouille) présent dans l’alios. Certains lacs du nord Gironde gardent cette teinte tout au long de l’année. C’est pour cela que l’on peut proclamer que le lac de Sanguinet est de loin le plus beau avec ses eaux bleues.

02-Chemin copie

Quant aux ânes, ils avaient déserté leur emplacement favori. Par contre les taons étaient bien présents et ils apprécient la peau non encore endurcie par le soleil…

Partir du chemin des ânes par vent d’Ouest n’est pas très difficile.

03-DepartCaminar copie

Mais l’ancre peut déraper sur l’alios. Il faut compter sur l’aide d’un comparse qui va se dévouer pour assurer la bonne direction de départ, dans l’étroit chenal de fond sableux…

DepartChA

Survient alors une curiosité météo. Le vent d’Ouest faiblit, passe à zéro et laisse la place pour un instant  à une arrivée imprévue de vent d’Est, à 180°. Va-t-on devoir sortir les avirons ?

11-Caminar02 copie

Sur Caminar, on s’interroge, on en discute…
Sur Potemkine, on amorce même l’ébauche d’installation du matériel avironnesque… En général, cela suffit à vexer les dieux du vent. Et c’est exactement ce qu’il advint. Un vent d’Ouest de force 2 reprit le dessus ! Sauvés !

Dans ces conditions, deux stratégies sont à l’oeuvre. Soit on tirera des bords de Grand Largue avec un gennaker (Potemkine) soit on se cale dans la direction qui va assurer le parcours le plus court au prix d’une vitesse réduite…Retour

L’option Grand Largue assure une meilleure vitesse mais un chemin plus long…

04-Genaker copie

En théorie, cette option devrait assurer la victoire, mais voilà, une fois encore, la pratique n’a pas confirmé la théorie !




 

MARDI 19 JUILLET matin

Christopher, l’animateur des « grands » au club enfants des Oréades n’est pas un marin de profession.

03-Christopher copie

Mais il a senti que l’on pouvait « faire découvrir » la voile aux jeunes sans forcément les embarquer en solitaire sur un optimist. Nous voilà donc partis ce matin avec 9 volontaires, tous bien habillés et bien chaussés… La classe.

Un temps superbe et un vent d’Est totalement adapté aux manoeuvres de base. Coup de chance. Fallait oser.

01-Enfants01 copie

Quelques bords au vent arrière pour découvrir les sensations…

02-Enfants02 copie

… les différentes places disponibles…

Et voilà que chacun devra s’essayer sur un bord ou deux,

10-Leçon copie

… en suivant les conseils d’Isabelle.
Il faut regarder ceci et cela, sentir d’où vient le vent (le plus difficile), maintenir l’écoulement dynamique tout autour de la grand-voile et du foc. C’est une mission très sensible… où les filles se montrent plus affûtées que les garçons.

11-Doute copie

… même si on peut douter d’une telle affirmation.
Tout le monde y passe !

15-Barreurs1 copie

16-Barreurs02 copie

17-Barreurs03 copie

Un grand moment dans l’histoire de la voile et dans l’histoire de chacun…






 

LUNDI 18 JUILLET

Un lundi annoncé très chaud et venté de par l’Est, donc modérément. Une bonne occasion d’expérimenter la navigation à voile.

02-Mère&2G copie

C’était le cas pour Victor et Romain, voisins des zadistes de Nantes et qui, à ce titre, en ont vu d’autres…

01-Chanelle&Mère copiePour Shanel, l’expérience provoque bien des interrogations surtout dès que le bateau avance. Et pourtant il n’avançait pas très vite ce jour-là.
Le gps n’a pas fonctionné mais… nous avons des documents attestant du sérieux des virements par vent arrière opérés par Fabien.
Les preuves, les voici…
1er temps :

05-Virement01 copie

2ème temps :

06-Virement02 copie

3ème temps :

07-Virement03 copie

On verra bientôt si d’autres feront montre de la même maestria…

Sur Caminar, l’atmosphère est relax.

03-Caminar copie

Thierry et Muriel, venus tout droit de Belgique, forment équipage maritime pour la première fois de leur vie ! Et tout le monde parviendra aux Caraïbes où doit avoir lieu le premier concours international de saut de bateau…

Les résultats.
1er prix :

01-ChanelleSaut copie

Le saut de Shanel qui semble voler tout en ouvrant grand les yeux  !

2ème prix :

16-SautVictor copie

Le saut de Victor avec un port de bras dans le style danse contempourienne.

3ème prix :

02-SautLéo copie

Le saut de Romain qui aurait pu gagner le premier prix si l’on voyait mieux son bras droit.

Et enfin,
le prix spécial du jury à…

08-MamanSaut copie

Virginie qui ne s’est rien cassé en descendant du bateau !

Pendant ces épreuves, sur Caminar, on fit de la lessive et des photos :

09-Photo copie

et de l’hydrothérapie…

10-Baignade copie

avec des petits poissons qui viennent vous manger les peaux usées (c’est la mode).

14-Equipier copie

Pour le retour, tout le monde participe aux manoeuvres, selon ses moyens et avec conviction.
Finalement, un bon vent d’Est de force 3 qu’il fallut affronter de face :

Retour-18-07

Un parcours sans faute pour Fabien qui a dû parfois aller à la rencontre des résidus de risée…

Sur Caminar…

04-Caminar copie

on fait toujours confiance aux Wallons… qui s’en sont très bien sortis. Ils avaient dû s’entraîner à la maison…

Et enfin…

11-ChanelleTrempoline copie

Shanel n’a plus peur du tout, la preuve, elle se transporte aisément sur le trampoline, comme lors de l’America Cup !

Et pour les garçons, ça n’a pas été trop dur ?

15-Facile copie

Très bien.

 






 

DIMANCHE 17 JUILLET

Arrivé tout droit de la RATP en surchauffe, le camarade Fabien tentait ce jour de se refaire une santé sur l’eau du lac…

01-Isafab copie

De l’entretien nocturne des voies du métro… au vent d’Est caressant ce jour le lac de Sanguinet, c’est tout un recyclage.
02-Caminar copie

On laissera donc partir Caminar vers les Caraïbes, en tant que repos dominical…

Sur Potemkine, vont commencer les manoeuvres au vent portant avec un retour par vent de face…

Trace01-17-07

La trace verte représente le trajet au vent portant (au largue) tandis que le rouge est affecté au louvoiement, face au vent. Globalement, le vent est de secteur Est-Nord-Est et en moyenne de force 2.
Il peut fléchir momentanément. Il faut alors partir à la cueillette de ce qui reste de la dernière risée en attendant la prochaine.
Ce trajet en vert et rouge représente tout de même 8 km.
Puis, on recommence l’expérience…

Trace-02-17-07

Où l’on voit que le parcours au vent portant suit des lignes droites tandis que le rouge… ressemble davantage à un parcours éthylique.

L’explication de tous ces méandres tient dans l’inconstance du vent d’Est… Exemple :

Grossisst

Les variations de direction qui accompagnent chaque risée obligent le barreur à chercher le bon angle d’attaque par rapport à ce vent (soit les 45°). C’est un exercice formateur.
Et pour Fabien, les réflexes reviennent très vite.
Sauf si l’on aborde le chapitre du 49.3 justement.

Sur le lac, ce jour-là, d’autres navigateurs courageux s’adonnaient au même exercice…

03-Belge copie

Tel notre ami Albert, héritier du Roi des Belges, qui, depuis 30 ans (!) sillonne la conche de Sanguinet sur son Laser. Ce bateau a une singularité : il est pourvu d’une girouette fabriquée à partir d’une plume d’oiseau que l’on ne trouve qu’en Belgique ! La plume se maintient face au vent !

Autre singularité flottante, déjà signalée :

04-GBR copie

Le canoë vélique avec planche coulissante permettant au navigateur de se maintenir en vie d’un côté ou de l’autre. Un engin GBR.
Et encore deux ou trois jours de vent d’Est à venir, avec des températures record.




 

SAMEDI 16 JUILLET

01-Plage copie

Cette fois, la saison touristique est bien là…
Tel un sociologue entomologiste, à partir d’une photo prise au hasard, on peut faire l’inventaire des micro-phénomènes typiques des vacances. Juste pour vérifier…

02-Inventaire copie

En 1/, nous avons bien la présence de la société de consommation version germanique de bas étage,
En 2/, nous avons donc les effets de la dite société…
En 3/, le plastique omni présent sensé amuser les enfants,
En 4/, le terrible jeu de Tac-tac, le jeu le plus stupide vendu dans les stations service le long de l’autoroute,
En 5/, l’illusion qu’avec son chien présent sur la plage interdite aux chiens, on va enfin monter que l’on existe,
En 6/, l’illusion que l’on va encore pouvoir pêcher crevettes et coquillages dans les basses eaux,
En 7/, l’illusion pédagogique consistant à démontrer aux enfants qu’en arrosant le sable on va faire pousser des carottes,
En 8/, l’illusion que l’on est enfin « protégé » par notre administration qui diligente des mns perchées sur une chaise haute…
Tout est en place, l’été peut commencer.

Un autre inventaire reste à faire…
C’est celui de la hauteur d’eau dans le lac.
Le 9 juillet, nous en étions à…
NiveauLac-09-07

la côte 20,93 m. C’est-à-dire que le niveau du lac se situait 20,93m au-dessus du niveau de l’Océan (le niveau 0 est étalonné dans le vieux port de Marseille, et c’est pas une blague).

Le 16 juillet, nous en étions donc à…

NiveauLac-06-07

la côte 20,88 m. Soit une baisse de 5 cm en une semaine. Ce qui peut être considéré normal si l’on en croit la science populaire qui estime que le lac peut perdre 3 cm par jour pour cause d’évaporation…
Le problème survient quand, en une nuit, l’évaporation supposée peut le faire baisser de 20 cm !
Cette année, nous allons suivre de près cette affaire.
D’autres pages de ce site donneront en détails la nature des enjeux liés à la problématique des réserves d’eau dans les lacs…

Et la navigation ?
C’était un jour de repos…
La météo s’y prêtait :

WF-16-07-000

Un vent d’Est soufflant avec de rafales de plus de 15 noeuds.
Et de vraies rafales. Avec ce vent d’Est (qui amène chaleur et soleil), le vent peut passer de 0 à 20 noeuds en quelques secondes.
Donc, on a laissé passer l’occasion de se faire surprendre.







 

VENDREDI 15 JUILLET

Ce jour du 15 juillet 2016, le vent était passé au secteur Est,
signe de beau temps ensoleillé.
Le vent d’Est n’est jamais très fort. Ces conditions météo encouragent les toutes dernières générations à faire le pas de la voile…

01-13àbord copie

Donc, nous étions treize à bord, sans problème, venus de Dordogne, de la région parisienne, du Sud Gironde…

02-MatSup copie

Sur le banc babord arrière, une délégation de MatSup (Maternelle Supérieure, bien entendu). Pour l’instant, les jeunes méninges s’interrogent sur cette situation inhabituelle… Quand on est légèrement inquiet, on regarde vers le sol.

Aller15-07-Entier

Nous sommes donc partis avec un petit vent venant de l’arrière. Nous sommes donc au vent portant. La trace sera repérée en vert. Pour bien comprendre à quelle « allure » nous naviguons, on peut superposer une boussole…

02-Largue

Le bateau suit un cap au 307°. Le vent vient du 56°. (360-307)+56 =109. Le vent nous parvient donc selon un angle de 109° par l’arrière. Cette allure s’appelle le « largue ».
Le vent « pousse » sur les voiles qui lui sont opposées perpendiculairement.
A cette allure au vent portant va succéder une allure au vent de face.

AllurePrés

Le cap suivi par le bateau est au 118°, le vent vient toujours du 56°.
L’angle entre vent et direction est donc de 118-56=62°.
Nous sommes donc dans une allure de « prés », sans forcer.
Dans cette allure, le rôle du vent est fondamentalement différent de celui qu’il a dans les allures « portantes ».

ForceVélique

La voile agit alors comme une aile d’avion.
Sur l’intérieur de la voile, les filets d’air s’accumulent et créent une surpression tandis que sur le dos de la voile, les filets d’air accélèrent (chemin plus long) et créent donc une dépression.
Cela créée une force (rose) s’exerçant grosso modo perpendiculairement à la voile. Cette force se décompose en une force dite de « propulsion », vers l’avant (en rouge) et une force de « dérive » (en bleu).
Heureusement cette force de dérive sera en grande partie annulée par la « dérive » qui, agissant sur l’eau, créée une force opposée.
Reste la force Propulsive…
On suit toujours du côté des MatSup ?

Force ou pas, ce jour, on ne put atteindre le fond de la baie des Caraïbes
car une autre force s’opposait à nous :
la barrière des bateaux à moteur venant de Biscarrosse !

06-PC copie

On jeta l’ancre à l’entrée de la baie.
Visite traditionnelle sur la montagne des Caraïbes…

04-Butte copie

Panorama remarquable ce jour-là.

Puis, petite visite sur une des criques des Caraïbes…

05-Plage copie

… le vent des tempêtes hivernales récentes a creusé le terrain et fait apparaître la couche d’alios. Ah ! l’alios… A partir de cette coupe de terrain, on peut expliquer toute l’histoire des Landes ! (Bientôt sur ce même site).

Un dernier coup d’oeil sur une autre petite plage des Caraïbes :

04B-11chiens

Nous avons là, la nouvelle tendance familiale française : un enfant dans la poussette et… 11 chiens ! Qui dit mieux ?
No comment…

C’est donc l’heure de repartir. La place de la manoeuvre est restreinte. Nous tentons de faire pivoter le bateau sur place, par la seule force du vent…
Et vroum,
07-A-Joncs copie

Tout le monde dans les roseaux ! Obligés d’affaler la grand-voile.
07-Joncs copie

La mésaventure n’effraie pas la MatSup qui en profite pour herboriser.
On sera obligé de se dégager de ce mauvais pas uniquement avec le foc…

04-DepartRetour

Quelques centaines de mètres plus loin, la grand-voile sera de nouveau hissée. Le camarade Philippe à la barre, nous nous éloignons gaillardement des Caraïbes.

08-Retour01 copie

Toujours au largue et avec la grand-voile qui fait de l’ombre sur le bateau.
Un retour à l’inverse des autres « retours » des Caraïbes puisque aujourd’hui, il nous faut affronter du vent de face !

05-ReetourEntier

Donc, de la trace verte on passe à une trace rouge (dédiée au vent de face). Une allure de prés que l’on ne peut pas trop serrer vu que le vent reste modeste en force.
Ce qui ravit la MatSup :

09-Retour02 copie

MatSup et CM2 en passe d’entrée en 6ème (faut pas oublier).
Un parcours de retour dans la joie.

10-B-Groupe copie

Et surprise, à l’arrivée, nous sommes toujours 13 !
On n’a donc perdu personne, étrange…






 

JEUDI 14 JUILLET

N’y avait pas trop de vent ce 14 juillet ?
On pouvait se poser la question. Pour envisager une découverte « tranquille », il fallait prendre des précautions soit 2 ris dans la grand-voile et le foc correspondant. Bien sûr, dans le cas d’une séquence sportive, on se serait contenté d’un seul ris.
Météo France avait bien vu le coup :

MF-14-07-002

Des rafales à 45 km/h sur un fond de vent de 20 km/h.
Des rafales de plus de 20 noeuds méritent considération et précaution…

Windfinder, l’autre site météo plus spécialisé dans les sports nautiques, faisait une prévision plus modeste :

WF-14-07-003

Un vent certes fort mais annoncé comme régulier autour de 13 noeuds.
C’est Météofrance qui était dans le vrai. Les rafales étaient bien là et effectivement frisant les 50 km/h.

05-Large copie

Le lac n’était pas blanc d’écume et c’est trompeur. Les rafales ne créent pas trop de vagues déferlantes mais elles se font bien sentir dans les voiles. Et il ne faut pas trop effaroucher les jeunes aventuriers de ce jour :

01-EliseClémence copie

Du côté aventurières, nous avons une vieille connaissance, Clémence, qui connaît bien des choses sur la navigation. Et ce jour, elle a réussi à entraîner sa soeur Elise dans l’aventure alors que cette dernière est d’ordinaire très occupée au sein du Club Enfants des Oréades.

IMG_5786 copie

Faut dire aussi que du côté de la barre, on retrouve Philippe, l’inventeur d’un nouveau type de virement. Il existait jusqu’alors  le « virement-bascule », Philippe a mis au point le « virement-culbute ». Cf les compte-rendus précédents…

Malgré ce fort vent rafaleux venant du Nord-Ouest,
Trajet01vent évalué à force 5,
on atteignit presque la limite de la conche de Sanguinet. Les creux étant très creusés et le rafales bien rafalées, on prit donc la décision de rester en deça de cette limite, quitte à naviguer comme les planches à voile, c’est-dire en enchaînant des bords de vent travers.
Ce qui nous amène à repasser plusieurs fois sur le même itinéraire.
D’où la difficulté pour lire les relevés gps !
Après cette phase illustrée en rouge,
Trajet02… voici la phase illustrée en vert…

Le vert n’a rien à voir avec la peur supposée de nos explorateurs…
02-Famille copiequi ne sont point trop impressionnés.
Le bateau ne gite presque pas, ça, c’est un élément rassurant pour ceux qui découvrent la voile. Si bien que l’on clôturera la séance par plusieurs bords de vent travers à fond la caisse…
Trajet03Avant de rentrer comme des chefs sur le port d’attache.
Plus de 10 km de navigation en 1h 27 mn tout de même !
Avec des pointes à 8 noeuds !







 

 

MERCREDI 13 JUILLET

On renouait ce jour avec une vieille tradition locale, le concours de pêche.
Dans de nombreux villages du Sud Ouest, le concours de pêche figurait en tête du programme des fêtes votives.
Ces fêtes s’étalaient sur deux jours, le dimanche et le lundi.
Le samedi soir ne s’est adjoint à ces fêtes que dans les années cinquante.
Le lundi matin, le même rituel se déroulait dans les villages situés près d’un plan d’eau ou près d’une petite rivière.
Un film en noir et blanc des années cinquante, d’Yves Robert, relate un de ces concours de pêche, « Ni vu, ni connu ».
C’est un des premiers films dans lequel apparait Louis de Funès, dans le rôle du braconnier local.

Par le passé, aux Oréades, avec quelques anciens, on recréa au mieux ces moments d’un autre âge avec le défilé, le coup de fusil, l’annonce des numéros, la remise des prix etc. Il serait peut-être temps d’y repenser…
04-PotemkinePêche copieCe matin, aux aurores, on embarqua donc les enfants pêcheurs volontaires de 2016 avec Elisa et Christopher, les deux animateurs du Club Enfants des Oréades.
Nous avions prévu d’aller pêcher près de l’ile des Amants Engloutis. Hélas, le vent qui montait et la pluie qui menaçait nous en empêchèrent.
Le concours allait donc se dérouler au-dessus des corps morts de Potemkine et Caminar.
Le plus difficile : nouer le fil sur le scion et enrouler les longueurs de crin en excès.
Quant à l’asticot…
06-3pecheursCi-dessus, les trois pêcheurs présents sur Caminar.
Ils ont eu beaucoup de chance. Non loin du corps mort, des perches et des gardons tenaient congrès. Nos trois compères en attrapèrent 11 et en manquèrent autant !08-2pecheurs copieSur Potemkine, malgré les conseils de Philippe,
grand pêcheur sur le Beuve,
les enfants n’attrapèrent qu’un seul poisson…
Et le plus gros, le voici :
05-Gardon copieAlors, qui sait comment s’appelle ce poisson ?