Fin septembre…

29-09-00 copie

29-09-01

29-09-02 copie

Comme le vent n’était pas méchant, on pouvait s’appliquer à faire le meilleur angle par rapport au vent de face.
Ce qui donne ce trajet :

29-09-Aller

Comme on le voit, des angles de 50° par rapport au vent réel.
Avec un vent légèrement plus fort, on aurait pu tenir les 45°.
Nous en étions donc à longer les bouées à flamme rouge…

29-09-08 copie

… des cormorans qui faisaient un tout petit bruit, comme un vol de moustiques.

Et soudain,

29-09-03

… un premier drone nous espionna.
Aussitôt, on mit le bateau à la cape, question de comprendre ce qu’il se passait.

Et l’on ne fut pas déçu !

29-09-05

Toute une escadrille de drones fonça droit sur Potemkine !
Pas question alors de rester à la cape !
Certains drones s’attaquèrent même aux voiles !

Heureusement…

29-09-06 copie

Caminar vint prêter main forte à Potemkine.

Et, Ô surprise !

29-09-07 copie

Même LIKU arriva à toute allure, avec Laurent et son fils !

L’escadrille des drones prit la fuite.

Et la flotille des multimonos…

29-09-09 copie

put de nouveau naviguer sur le lac désert et rentrer au port avec toujours ce petit vent de Ouest-Nord Ouest.

29-09-Retour

Non mais…




 

On vieillit…

23-09-00 copie

Parvenir à l’âge de 50 ans, un 23 septembre, cela se fête.
Mais lorsqu’on est né dans la Nord-Ouest de l’Angleterre et que l’on à quitté la dite Angleterre au moment où une dénommée Tatcher arrivait au pouvoir… cela veut dire que l’on ne peut pas faire les choses comme tout le monde.
23-09-01 copie

Alors, c’est aux Caraïbes que Mickael décida d’emmener ses parents anglais, ses beaux-parents français peu marins, ses enfants, ses amis, etc.
There Is No Alternative, leur avait-il dit.
Et il faisait beau ce jour-là ! Un petit vent de Sud-Est et une température bien au-delà des 20°.

23-09-02 copie

Caminar avait embarqué la gente féminine et le 3ème âge avait plutôt choisi Potemkine.

23-09-06 copie

Quand on passe de l’Angleterre nordique  au milieu du lac de Sanguinet, poussés par un vent chaud, on a l’impression d’avoir changé de planète.

23-09-10 copie

Sûr… ce n’est pas commun de s’allonger au-dessus des eaux !
Difficile de raconter de tels moments le lundi matin en rentrant au bureau ! Personne ne vous croira. De toute façon, il ne faut pas trop parler de Sanguinet dans la capitale d’Aquitaine. Le lac ne supporterait pas une arrivée massive de curieux.
Et puis, après tout, le miroir d’eau de Bordeaux, c’est aussi très beau (…?).

Après un trajet assez calme…

23-09-Aller

… avec un vent de force 2, parfois moins et rarement plus, on arrive en vue des Caraïbes. Il faut passer la barrière des récifs d’alios sans s’y retrouver échoués.

23-09-04 copie

Le niveau de l’eau est toujours aussi bas aux Caraïbes malgré les pluies du début du mois. Alors il faut marcher entre les lagunes pour arriver au pied de la falaise.
23-09-03 copie

Cette falaise s’est faite attaquer par les hautes eaux d’hiver de ces dernières années. En hiver, la glacière que l’on voit ici serait sous les eaux quant à papi, il aurait de l’eau jusqu’aux épaules !
Ce serait moins confortable.

23-09-05 copie

Mickael est un habitué du lac de Sanguinet . Il est un des rares à naviguer sur un trimaran ! Il a traversé l’Atlantique sur un catamaran. Mais il préfère largement le lac de Sanguinet.

23-09-07 copie

Et sa fille aime bien le multimono qui se conduit aussi facilement que le trimaran familial. Et aujourd’hui, pour le retour, on bénéficia encore d’un petit vent de Sud-Est. Il fallait donc pratiquer une navigation au près (mais pas très serré).

23-09-Retour

Mais, en milieu d’après-midi, il y eut un moment de calme presque plat. Heureusement, on a pu rejoindre la zone encore bercée par cette petite brise annonçant l’été indien.

23-09-11 copie

C’est la plus jeune des filles de Caminar que l’on voit ici avec un appareil photo…

23-09-08 copie

… qui tint la barre pour le retour, en manœuvrant au ras des hauts-fonds des Aigrettes !

Comme quoi, vieillir d’un an de plus aux Caraïbes, ce n’est pas un drame !




 

On innove…

22-09-00 copie

C’est par un vendredi après-midi de beau temps que l’on décida d’aller tâter du spi. Si l’espace aérien était autorisé aux aéronefs civils, l’espace aquatique bénéficierait forcément de la même largesse…
22-09-01 copie

Francis avait gréé Caminar avec les trois voiles, GV, foc et yankee. Avec du vent d’Ouest de tradition, il faut naviguer au près pour sortir de la conche de Sanguinet.

22-09-AllerGrost01

Et une question se pose : le yankee, très en avant, n’a-t-il pas pour inconvénient de faire abattre le navire ?
Si l’on mesure les angles de virement, on trouve soit 120°, soit 100°. Ce qui correspond à des angles variant de 50 à 60° par rapport au vent réel. Cette variable de 10° peut à son tour s’expliquer par la force variable du vent. La capacité du barreur, présentement Pierre, n’est pas ici en cause…
Et si l’on enlève le yankee, que se passera-t-il ?
Il se passe ceci :

22-09-Aller02

Dans le configuration GV et foc, le bateau gagne 20° (de cap).
Et, lors du virement face au vent, on voit que l’angle est de 85°, ce qui signifie que Pierre maintenait un angle de 42 30″ par rapport au vent qui, il faut le reconnaître, avait quelque peu adonné (venant plus au Nord). Ce qui peut expliquer cet excellent angle de progression par rapport au vent réel.
Coupe d’œil sur l’ensemble du trajet face au vent, soit 6 km :

22-09-Aller01
Il est donc temps de passer au vent portant et de hisser le spi !

22-09-02 copie

Tout le monde est occupé et c’est Brigitte qui dirige la manœuvre.

22-09-06 copie

Et, pas de chance, ce jour-là, tout s’emmêlait…

22-09-RetourGrost

Après un bord de grand largue et un virement laborieux, on s’aperçut que la drisse du spi et celle du foc étaient sens dessus-dessous en haut du mât… Il fallut donc affaler et recommencer l’arrimage du spi.
Et c’est là que l’on eut une idée : que se passerait-il si on ne gardait que le spi ? Le vent n’était pas très fort et la GV semblait déventer le spi…
Chiche, on affale la grand-voile !

22-09-Vt01 copie

Le voilier garde la même vitesse.
Comme on voit bien ce qui se passe,
on va pouvoir s’entraîner au virement de bord (par vent arrière), et ce, sans Grand Voile.
Attention, c’est parti :

22-09-Vt02 copie

Pierre laisse filer l’écoute tribord jusqu’à ce que le point d’écoute dépasse l’étais avant…
Francis embraque l’écoute babord…
22-09-Vt03 copie

Brigitte, à la barre, peut faire loffer le bateau….

22-09-Vt05 copie

Le point d’écoute ne s’est pas coincé dans l’étais (un progrès) mais la voile a tendance à s’emmagasiner au-delà le long de son propre bord d’attaque…
(Là, il faut suivre…)
Donc, c’est au tour de Francis à border son écoute afin de faire passer la toile du bond côté du bord d’attaque…

22-09-Vt06 copie

Et voilà, c’est parti pour un autre bord de Grand Largue,…
22-09-Vt07 copie

… avec le spi sur babord. Nous sommes donc tribord amure.
La prochaine fois, on filmera la manœuvre.
Et on essaiera de mettre le spi et la grand voile en ciseau !
Ce qui risque poser problème au moment d’affaler.

Coup d’œil sur ce trajet de retour au vent portant :

22-09-RetourEntier

Dans la manœuvre du spi, des progrès restent à faire. Prochain rendez-vous : mardi 27 septembre, avec du soleil et du petit vent changeant.
Ces jours-ci, peu de monde sur le lac,
22-09-04 copie

… un motorisé en train de gazéifier l’eau du lac,
et…

22-09-03 copie

… un revenant, Laurent, qui, ce jour-là a pu vérifier que Liku marchait toujours très bien, à la voile !

22-09-05 copie

Quant à la manœuvre dite de la capture-de-la-bouée-au-lasso,
on ne vous dira pas comment elle s’est terminée…




 

mi-septembre frisquet

19-09-00 copie

Depuis ce début de septembre 2017, la chaleur était aux Antilles, avec pas mal de vent. Sur le lac de Sanguinet, alternaient des averses et un peu de soleil, le tout avec des températures inhabituellement basses. Il aurait fallu passer de la chemise à l’anorak !
Exemple de conditions météo de cette période :

15-09-WF-001

… ou encore plus sombre :

17-09-WF-001

Lorsque, en été, on descend à 13° à 15h, on cherche en vain les pulls dans les armoires !

15-09-00 copie

Pas grand monde sur le lac. Des nuages passent avec un vent souvent très « soutenu ».
C’est l’époque rêvée pour les…
15-09-02 copie

… sangliers qui viennent pendant la nuit chercher des vers de terre à manger ! Ils ne respectent même pas les « pelouses » en bord de lac.
Et ce ne sont pas les seuls à travailler pendant la nuit !

15-09-01 copie

Voilà-t-y pas que le moteur de 35 CV de Liku a disparu pendant la nuit ! Cela faisait quelque temps que l’on n’avait plus droit à des rapines nocturnes.
Eh bien, c’est reparti…
On va mener l’enquête.

Mais que fait la police ?

15-09-03 copie

… Elle tourne, des heures durant, au-dessus de nos têtes.
On souhaiterait simplement que ce genre d’exercice se fasse aussi au-dessus d’Arcachon. Les arcachonnois sont friands de ce genre d’animation… Faut pas les oublier monsieur le colonel.

Puis, enfin,  une lueur de soleil se manifesta autour du 19 et 20 septembre :

20-09-Retour-001

Il était donc temps de remonter sur le pont…

19-09-CarteLac-Aller-Début

… pour profiter d’un vent de Nord-Ouest de force 3 mais passant parfois largement les 10 nœuds, en adonnant (en passant plus au Nord). C’est donc plutôt dans une allure de près-bon-plein que Potemkine, avec un revenant, Jean Michel, sortit de la conche de Sanguinet. Et ce fut Brigitte qui, par la suite, choisit donc de continuer à 55° du vent…

19-09-01 copie

… en direction de « l’autre côté », ce fameux autre côté que l’on n’a pas foulé depuis 15 jours.
19-09-02 copie

Et à bord, se trouve Marie qui connaît bien le Tarn et Garonne mais pas du tout « l’autre côté ».

19-09-03 copie

Le bon-plein est une allure agréable. Le multimono aime bien cette allure rapide. Le flotteur sous le vent se maintient au ras des flots.
Et où donc arrivera-ton avec cette allure ?

19-09-CarteLac-Aller

Eh bien, nous arrivons sur les plages discrètes situées sous les collines urbanisées des « Hautes-Rives ».

19-09-08

Alors,… se pose la question : mais qui donc sont-ce ces gens qui ont eu le droit de construire sur ces collines dominant les plages ?
Bonne question.
On va mener l’enquête…

19-09-04 copie

Pour l’instant, nous sommes dans 20 cm d’eau douce et encore très chaude ! En juillet et en août, cette zone du lac est squattée par une nuée de bateaux motorisés formant barrage à toute intrusion… Situation administrative peu claire.
L’eau est chaude mais le vent qui vient de virer encore plus au nord, lui, il est vraiment rafraîchissant.

19-09-05 copie

Donc, Brigitte et Marie décident qu’il n’est pas utile de sortir l’ancre du bateau et qu’il vaut mieux repartir de l’autre côté, de notre côté.

19-09-06 copie

On enfile les pulls et… Démarrage sur les chapeaux de roues !

19-09-07 copie

… A toute vitesse. Il vaut mieux se cramponner !

C’est que le retour va s’effectuer sur un seul bord, au vent travers, ou du moins à cette allure indéfinissable que l’on nomme parfois le « débridé ». Sorte de petit largue, vent travers, voire même bon plein…
Le multimono adore cette allure.
Si l’on cale bien les équipiers au bon endroit,

19-09-10 copie

… le bateau prend ses 7 à 8 nœuds de vitesse et s’amuse bien.
19-09-09 copie

Il lui arrive de se trouver au planning sur un bord !
Il faut bien déterminer d’où vient exactement le vent. Pour cela, rien ne vaut une sorte de queue de cheval tressée dans de la chevelure blonde.

19-09-11 copie

En 50 mn, on se retrouve de « notre côté », au soleil couchant.
Les plages sont désertes.

19-09-CarteRetour

Cet itinéraire est assez rare dans une saison…

Demain, reprise de l’entraînement au spi !




 

 

Début septembre

05-09-00 copie

La semaine la plus curieuse des « vacances » est bien la semaine dite de « la rentrée ». Tous les lieux touristiques se vident instantanément, comme si tout le monde faisait son entrée au CP !
Puis, benoîtement, tous ceux qui auront été refusés au CP, pour cause d’âge trop avancé et de ventre rebondissant, tous ces braves gens vont reprendre le chemin de la plage, du lac et de l’intermarché.
On va donc profiter de ce désert vacancier pour remettre en fonction les voiles d’avant ! Notamment le fameux « spi » dont l’usage est très limité en juillet et en août.

05-09-02 copie

Il vaut mieux être 3 sur un multimono pour manœuvrer un très grand spi asymétrique. L’asymétrique est d’ailleurs le seul modèle de spi préconisé par les fabricants de voiliers.
Sur multimono, les écoutes de spi passent chacune dans un moufle de deux poulies (1 et 2) formant un Z. Il faut par ailleurs arrimer les « ailes » sur l’arrière du plat-bord (3).

05-09-01 copie

On a beau y être habitué, la mise en place du spi et de tout ce qui va avec demande de la patience et de la logique.

Puis il faut d’abord affronter le vent de face.
Un vent d’Ouest et de force 3. Le vent idéal de Sanguinet.

Aller-05-09

Le ciel est voilé mais la température s’avère très douce et l’on peut se dispenser de porter des lunettes de soleil… Un temps idéal pour faire des essais.
05-09-04 copie

Et en cas de manœuvres insolites, on peut compter sur le bateau d’assistance, celui de Pierre (à ne pas confondre avec le bateau de la police).

Parvenu à 3 ou 4 km du point de départ, il est temps de passer au vent portant…

05-09-03 copie

Le bateau navigue au grand largue. Le foc est encore hissé. Il sera affalé rapidement vu qu’il fait double usage avec le spi.
Commencent alors les manœuvres délicates de virement de bord, au vent arrière. Le plus délicat consistant à faire passer le spi d’un bord à l’autre… sans qu’il ne se coince dans l’étai d’avant !
Là se trouve tout l’intérêt de l’entraînement de ce jour.
Regardons l’ensemble de la trajectoire au vent portant :

RetourSpi-05-09

Le spi asymétrique est efficace aux allures de grand largue. Il l’est beaucoup moins au plein vent arrière. Il est donc indispensable de tirer des bords, donc il faut virer….

Regardons en détail le principe de cette manœuvre qui impressionne toujours les marins :

spi

1-/ Le bateau est tribord amure, grand largue. On se prépare…
2-/ Légère inflexion de barre pour revenir dans l’axe du vent. On commence à border la Grand-Voile et… on laisse filer l’écoute de spi babord. Le spi se trouve déventé.
3-/ Le voilier est presque dans l’axe du vent, la GV également et l’écoute de spi se trouve en avant de l’étai.
4-/ Légère inflexion de barre. Le point d’écoute du spi passe de l’autre côté et juste après la bome et la GV s’apprêtent à faire de même.
5-/ On commence à border le spi côté tribord. La GV a passé l’axe du bateau et on la laisse filer sur tribord pour prendre sa position grand largue.
6-/ Spi et GV sont en place pour un nouveau bord de largue.

Le plus délicat se situe dans les phases 3 et 4. La voile d’avant doit passer en premier… sans se bloquer dans l’étai. La synchronisation des actions entre le barreur et les équipiers d’avant est le point crucial de cette manœuvre.
Voilà pourquoi il faut s’y entraîner avant de se lancer dans toute régate qui comportera forcément un bord au vent portant.

Alors, qu’est-ce que ça donne sur Potemkine ?

05-09-05 copie

On commence à laisser filer l’écoute babord (jaune). Le barreur commence à border la GV tout en se rapprochant de l’axe du vent.

05-09-06 copie

Le point d’écoute du spi se rapproche de l’avant du bateau…
Puis… scrountch…

05-09-07 copie

Une partie de la toile est allée se plaquer contre l’étai.
Le barreur a manœuvré trop vite, la GV est déjà passée mais pas le spi !

05-09-08 copie

Alors… pour débloquer la situation, on tire sur l’écoute tribord (grise). Mais les nœuds d’attache des écoutes se coincent contre l’étai…

05-09-09 copie

On voit bien ici ce blocage… qui peut se débloquer, certes, en tirant un peut plus fort sur l’écoute grise…

C’est ce que fait Brigitte…

05-09-10 copie

… Et ça finit par passer.
Mais,
quelques instants plus tard, le passage en force autour de l’étai se rappellera à notre bon souvenir : le nœud d’écoute se défera et l’on n’aura plus d’action possible sur le spi !
Heureusement que l’on pourra l’affaler, quelques instants avant l’arrivée au corps mort.

05-09-12 copie

Les nœuds d’écoute avaient été transfilés pour résister jusqu’à une certaine tension et… pour céder si la tension était trop forte.
C’est ce qui s’est passé sur ce virement pour l’écoute grise (après blocage contre l’étai).
Il faut donc poursuivre l’entraînement, par petit temps, afin d’obtenir une meilleure synchronisation des actions de barre et de manœuvre sur les écoutes de spi.

Mais d’autres détails restent à travailler…

05-09-11 copie

… tel le mode de fixation du guindant sur le bout dehors. Un quart d’heure de plus de navigation et le spi partait seul à l’aventure vers l’avant.

Et dire que maintenant…

05-09-13 copie

… il faut ranger tout ça.

05-09-14 copie

Travail que l’on fera dans la joie, la joie d’avoir échappé à une petite averse qui a contourné le lac !
Et oui, le lac oblige les averses à le contourner !
C’est vraiment spécial à Sanguinet.

Et le matin, quand le temps est correct et le vent agréable…

31-08-Matin

… ceux qui se lèvent tôt (avant 10 heures) viennent parfois s’entraîner à manœuvrer le multimono. Ce matin-là, c’était le tour de Simon (il avait encore ses lunettes). Le matin, à défaut de vent général bien établi, on dispose d’un petit vent de Nord-Est qui peut forcir, qui peut mollir et varier dans les directions. Il faut être à la disposition du vent et s’accommoder de ces variations. Une bonne part du « savoir naviguer » se trouve dans cette faculté d’accommodement. Il faut faire avec…

Après un circuit dans lequel on est parti au grand largue, on a connu du vent travers, du près bon plein.
Et pour le retour,

31-08-Matin02

… idem, du largue, du travers et du près très variable.
Surtout lorsqu’on rentre dans la zone de l’arrivée, protégée par les grands pins. Les coulées de vent peuvent prendre des directions imprévues. Faut faire avec….