2017 JUIN

01-06-LagonTitre

Oui, le mois de juin fut particulièrement favorable à la navigation à voile. Les vents sont majoritairement d’Ouest à force 3 ou d’Est à force 2 ou 3. Le vent idéal pour le multimono qui se régale du petit temps. II peut même faire jeu égal avec des catamarans. Si le vent passe à force 4 ou 5, les catas prennent rapidement le large.

30-05-001 copie

Voici donc un « paysage » coutumier sur le lac de Sanguinet au mois de juin.  En semaine, par beau temps, on ne voit guère que Caminar et Potemkine. Et pourtant, le paysage est à couper le souffle.
Caminar et Potemkine connaissent par cœur les itinéraires possibles selon les directions et force des vents… Normalement, si le tourisme était raisonnablement organisé, on devrait rencontrer une dizaine de multimonos embarquant chacun une dizaine de passagers. Le paysage en vaut largement la peine. Mais voilà… Pour l’instant, Caminar et Potemkine font leur navigation d’entrainement.

01-06-003

Bien-sûr, dans ce genre d’exercice, on retrouve souvent les mêmes, Francis, Jacques, Jean Michel, Pierre et parfois Laurent.

01-06-002

Et l’on s’amuse à faire giter l’embarcation. Peu de risque que le multimono chavire.
Alors, sur ce lac désert, on se dirige vers une zone qui connaît tout au long du mois de juin, une activité nautique régulière. Et oui, tout au long de juin, des classes de voiles utilisent le lac entre le camping la Rive et Biscarrosse.

01-06-004

Avec des voiles Bleu-blanc-rouge, ce sont des écolières… anglaises qui profitent de notre lac ! Pendant ce temps, les écoliers français sont dans leurs classes chauffées à 35° par le réchauffement climatique saisonnier. Les installations de climatisation, on en trouve, mais uniquement dans les bureaux des administrations municipales et départementales…

01-06-005 copie

Alors, on joue à la régate avec ces jeunes filles. Et, évidemment, on gagne chaque fois.

Voici où l’on joue avec les petites anglaises :

Trace-0-06

A 7 ou 8 km de notre port d’attache.
Une grand différence entre l’enseignement de la voile destinée aux Anglaises et celui pratiqué dans les  clubs de voile de France : en France, c’est chacun son optimist et c’est la compétition individuelle à outrance.

01-06-006 copie

Pour les anglais, la voile reste un sport d’équipe où l’important  consiste à bien collaborer. C’est toute une autre culture ! Pas étonnant que les Anglais aient voté Brexit !
Autre différence de taille entre les voileuses anglaises et les combattants individualistes françouzes : les anglaises chantent tout le temps. Et en plus, elles chantent juste ! Elles chantent des chants qui se prêtent au chant de groupe. C’est donc que quelqu’un leur a appris à chanter… un vrai scandale pour le premier pédagogue français venu.

01-06-007 copie

Il nous arrive parfois de doubler quelque voilier solitaire. Officiellement, on n’aime pas la compétition mais, on aime bien, parfois, passer devant. On ne fait pas de compétition lorsque nous sommes rattrapés et doublés…

Donc, en juin,  Caminar et Potemkine naviguent de concert…

12-06-001 copie

… parfois avec un seul équipier par bateau,
mais,

02-06-001 copie

… il arrive aussi que des papies & mamies se lancent dans l’aventure ! Quand les petits enfants vont envahir les mobilhomes, ils les emmèneront à la conquête du vaste monde.
Et l’on serait incomplet si l’on ne disait pas que des dames  s’intéressent de plus en plus à la voile. Bien-sûr, l’an passé, vous avez fait la connaissance de Danièle, Brigitte, Irène, et nombreuses autres équipières. Et cette année, c’est…24-06-001

Marie qui s’y colle !
L’apprentissage est parfois rude…
24-06-002 copie

A la barre, Matthieu, spécialiste de la… colonne vertébrale !
On lui a trouvé un client de choix sur lequel il va pouvoir se livrer à toute une série d’expérimentations. On a besoin de Jean Michel pour la saison 2017 !

24-06-003 copie

Pour l’instant, c’est Marie qui photographie. Parfait, l’horizon est horizontal et les vieux pas trop vieux…

Puis après une semaine de canicule, arriva un nouveau venu dans l’anse des Oréades :

04-06-001

Liku. Le multimono de Sébastien qui a navigué dans les lagons de la Nouvelle Calédonie. Il en a gardé quelques souvenirs notamment une sorte de sable calcaire qui est très efficace pour… bloquer la dérive dans son puits ! Un véritable défi…

Après la canicule, succéda une semaine de vent tempétueux !

Pendant ces coups de vent, le vieil atelier de marine se remit en activité le temps de fabriquer deux bancs supplémentaires pour Liku.2bancs

Liku, avec sol moteur de 30 cv permettra peut-être d’élargir le champ des navigations notamment par manque de vent. Il a été révisé par SanguiNautic, l’atelier de mécanique navale de Sanguinet.

Les essais de navigation de Liku auront donc lieu début juillet.