DIMANCHE 10 JUILLET

Les plages de bord de lac étaient prises d’assaut cet après-midi là. Aux touristes locaux très nombreux s’ajoute la première vague des touristes venant de partout en France. Et pour ce premier dimanche de haute saison, le soleil était plus que généreux !
Plus vaillant que Potemkine, l’équipage de Caminar, avec Jacques et son ami Didier, était parti en tout début d’après-midi. Ils revenaient de leur périple dominical…
01-Caminar copie… lorsque Potemkine démarrait à peine.
A la barre, notre bordelaise de la journée, Cathy.
02-Cathy copie
Et comme le vent nous paraissait assez costaud, nous avons pris un ris. Un demi-ris aurait suffit mais ça n’existe pas. Si le vent passe en-dessous des 10 noeuds, le bateau semble marquer le pas. Par contre, dès qu’il dépasse les 10 noeuds, le bateau prend de la vitesse sans gite excessive.
04-Noeuds copieEt puis c’est dimanche, donc on décide de naviguer tranquille, sans avoir à « gérer » acrobatiquement les surventes. On décide même d’aller voir les ânes, sur le chemin qui porte le nom de ces gentilles bêtes (qui sont très intelligentes d’ailleurs).
03-Isa copieComme le fait remarquer Isabelle,  aller sur le « chemin des ânes » c’est facile mais en repartir sera plus difficile. Le vent nous fera face et il faudra tirer des bords sans dérive et sans safran dans 50 cm d’eau…
Donc on se contentera d’observer la plage des ânes…
Aller-10-07Une photo prise au hasard en direction de la plage…
Et un très fort grossissement de la dite photo…
08b-Vaches copie… nous montre des bestiaux allongés sur la plage. Il s’agit de quelques vaches (non landaises) accompagnées de leurs petits veaux. Ces animaux vivent là en semi liberté dans les marécages. Leur propriétaire vient les voir de temps en temps. Ce ne sont pas des vaches « landaises » mais il ne fait pas bon s’approcher des veaux de trop près…
05-Maguide copieLe vent d’Ouest nous conduit donc jusque devant la plage de Maguide qui nous paraît anormalement déserte pour un dimanche. D’habitude, des milliers de bipèdes se répartissent sur les deux kilomètres de plage.
On fera demi-tour pour rentrer en suivant pratiquement le même itinéraire mais cette fois au vent portant…
Reetour-10-07-Entier

Au vent portant, le multimono est à la fête.

06-RetourIsa copie

Bien que la « fête » puisse s’agrémenter de quelques suppléments…

RetourDétail01Il n’est pas rare en effet que, du haut de la dune surplombant Maguide, des bouffées de vent vous fassent partir au lof ! Il faut donc être prêt à réagir face à ce genre de survente… même si on en envie de faire la sieste :
09-Dormissement copiePlus on avance sur le lac, en cette fin d’après-midi du 10 juillet, plus celui-ci se dépeuple…
07-RetourCathy copiePlus une seule voile à l’horizon…
Nous pouvons donc faire une entrée triomphale dans la baie de Sanguinet. Aucun obstacle à contourner !
Il faut simplement veiller à rester dans cette allure de Grand Largue.
RetourDétail02Et parfois, on frôle le plein vent arrière… Le vent fait à peine un angle de 5° par rapport à l’axe du bateau. Ce dernier ralentit. Faut se méfier du plein vent arrière. Le moindre changement de direction du vent et c’est le grand empannage.
10-Arrivée copieNous arrivons donc sur la plage des Oréades.
Pas une âme sur la plage. Même pas un chien !
Que s’est-il donc passé ?




 

SAMEDI 9 JUILLET

Fallait bien qu’un jour ou l’autre arrive le cliché cul…te de Sanguinet.
Le coucher de soleil avec en prime la silhouette de la mouette.
C’est qu’aujourd’hui, nous n’avons rien fait. Pas de vent ou si peu…
02-CalmePlat copieHeureusement qu’il y des vaillants dans la marine Voile/Aviron.
Ce samedi 9 juillet, Jean Paul et Claudine sont partis du Grand Piquey (sur le Bassin d’Arcachon), sans la pétole complète. Ils ont contourné l’Ile aux Oiseaux et mis le cap sur le banc d’Arguin !
Alose-09-07 copie

Il faut être lyonnais pour se lancer dans une expédition pareille.
Évidemment, sur le bac d’Arguin, ils n’étaient pas tout seuls…
arguin2 copieça devait sentir un peu l’essence…
A l’arrière plan de la photo, on aperçoit un « bac à voile » du bassin. le dénommé « Président Pierre Mallet ». Vue la direction du vent indiquée par les bateaux à l’ancre, il est probable que le Président navigue à la voile et au moteur.
Le retour vers le Grand Piquey se fit donc par vent de Nord-Ouest, un bon force 4 selon Jean Paul.
arguin copieIl fallut certainement tirer pas mal de bords…
Nos amis lyonnais quittent donc la région avec de bons souvenirs des Landes et du Bassin.
On les reverra certainement lors d’une spéciale Esventada grandiose dont on parle…

Autre grand voyageur, notre camarade suisse Markus.
Il était hier à Stokholm pour acheter son nouveau bateau :05-Vasa copie

A mon avis, il va se poser un problème de remorque…




 

VENDREDI 8 JUILLET

Ce vendredi 8 juillet, puisque la température était plutôt douce et le vent léger,
Sylvain en profita pour persuader Aurélia de monter sur un voilier.
Aurélia la lorraine était très sceptique sur l’intérêt de cette aventure landaise
dont elle redoutait de ne point revenir vivante…
01-Depart copieAurélia se réserva la place assise sur la « glacière », place stable.
Pour la conforter, les Oréades avait mobilisé son équipe de redoutables marins,
Pierre, Isabelle, Jean Michel, Brigitte et Philippe.
Avec ce vent de force 3, où pouvait-on aller ?
La traversée complète du lac eût demandé trop de temps. Il fallait être rentré pour la demi finale de pétanque.
01-AllerEntier1

Quelques 40 mn après le départ, nous nous trouvions face aux Caraïbes, dans une position mitigée…

02-AllerDétailSi l’on continuait ce bord, on allait s’échouer sur les roseaux.
On pouvait obliquer sur tribord pour beacher dans la petite baie.
Mais on décida de faire une entrée mémorable dans la grande baie, ce qui imposait un bord de plus…
03-AllerDétail2Et l’entrée dans la baie des Caraïbes fut effectivement triomphale.
Isabelle en a fait une vidéo que l’on vous transmettra dès… que l’on aura retrouvé le câble
qui permet de relier l’aïefone au pc. C’est l’éternel problème de la rallonge…
04-Atterrissage copie

Tout le monde s’est donc mouillé jusqu’à mi-mollet pour rejoindre cette plage que le monde entier nous envie.

03-Caraïbes copieSéquence photo depuis la montagne des Caraïbes. Avec un ciel voilé.
Comme Aurélia avait repris confiance, on pouvait entreprendre le retour au vent portant, comme d’habitude…

04-RetourEntierManoeuvre de départ maintes fois répétée.
On n’a plus besoin de se parler, chacun sait ce qu’il a à faire, le tout étant de n’oublier personne.
Une fois que le bateau a pris son vent sur le travers, il fonce comme une flèche vers le large, dérive et safran relevés à fond.
La trace de ce retour a bien été prise en charge par les satellites de nos amis américains. Vous allez pouvoir admirer en gros plan un vrai virement par vent arrière réalisé par Jean Michel (zone cerclée) :
05-VirementUn virement bien préparé, sans perte de vitesse, sans gite apparente, sans départ au lof…
Aurélia ne s’est aperçue de rien.
Si elle avait su que c’était là, la manoeuvre la plus délicate de la voile et que, de plus, elle avait été confiée à un marin encore en congé de maladie !…
05-Groupe copieTout le monde en rigole encore !
Celui qui ne rigole pas, c’est Philippe, à la barre, très concentré sur les astres qui le guident pour le retour.
Bon, Sylvain et Aurélia, vous pouvez revenir quand vous voulez !

Une pensée émue pour le camarade Laurent,
02-Laurent copiequi tentait de suivre quelques stagiaires sur planche à voile…





 

JEUDI 7 JUILLET

10-TF1 copieC’est sous l’oeil de Téeffun que ce jour du 7 juillet on entreprit de rallier les Caraïbes.
Ce n’était pas gagné d’avance vu que l’on était au petit vent d’Est et sous un soleil de plomb.
Qui avait donc pu s’inscrire pour une expédition aussi folle ?
02-filles copieDes habituées comme Monique et sa petite fille Albane et Robin (des bois) le frère d’icelle.
01-3Garçons copieMais aussi Louis et son frère Lucas (casquette) qui est donc le reporter officiel de TéEffun.
Évidemment, Louis et Lucas n’auraient probablement pas embarqué sans l’insistance de…
03-GP copie
Maxime, l’un des tout premiers résidents des Oréades et… qui nous avait caché jusqu’alors qu’il avait un pratique certaine de la voile ! Cachottier, va !
Mais, ce n’est pas tout. Sur Caminar, avec Jacques, avaient subrepticement embarqué Philippe et sa redoutable barreuse de fille prénommée Clémence.
Clémence qui…
04-Caminar copien’hésita pas à venir taquiner Potemkine et le doubler ! Non mais…
Où avait-elle trouvé ce vent ? N’avait-elle point actionné un moteur électrique clandestin ?
01-AllerEntierCar tantôt il y avait du vent, tantôt pas et tantôt il pouvait s’amuser à changer de direction… On le laissait faire, ce qui pouvait donner des « empannages » amusants et sans danger comme on peut le voir sur ce coup de zoom :
02-AllerDétailAvec beaucoup de persévérance, on arrivait enfin aux Caraïbes…
05-Arrivée copieBeachage direct sur la petite baie des Caraïbes, tant qu’elle a de l’eau. Dans un mois…
Pour l’instant, la vaste plaine de jeux des Caraïbes est ouverte aux intrépides :
07-Caraibes copieDes intrépides qui vont expérimenter de nouvelles figures de danse contemporaine, telle…04-Saut copie
La suspension au-dessus de l’eau,
ou,
06-MarcheSurEau copieLa marche à quatre pattes sur l’eau !
C’est fou ce que les jeunes peuvent apprendre en cours d’éducation physique au collège. Ah !… les temps ont bien changé…
Comme aux Caraïbes, le travail des enfants n’est pas interdit, ce sont eux qui vont remettre le bateau en ordre de marche pour le retour :
08-Travail copie
Un navire de cette taille qui se manipule comme une fleur par des gamins de cet âge… Il fallait être un prof de gym pour inventer un tel engin !
Et pour le retour,
09-Louis copiechacun va s’essayer à la barre. Louis, d’abord… Il est en 5ème, lui aussi, comme Albane. Albane a gardé un assez bon souvenir du programme littéraire de la 5ème, le Moyen Age. Louis, c’est…. pas vraiment net cette histoire de Moyen Age. Par contre, il sait qu’il faut être rentré pour 21 heures car c’est la demi-finale !
Sera-t-on rentré pour 21 heures ?
Pas évident…
03-RetourEntier

Le vent d’Est nous fait face, quand il veut bien se montrer !
Nous avons du force 1 ou du force 0 !
04-RetourDétail
Tantôt on peut faire du bon-plein, tantôt faut attendre…
Si bien que la trace relevée par gps ne ressemble pas beaucoup à une finale olympique.
11-Trempoline copieC’est l’occasion de tester les trampolines question de se « tremper » un peu. On finira quand même par arriver et ce bien avant la demi-finale !
Ce jour, on aurait pu rencontrer l’Alose aux Caraïbes. Mais Jean Paul et Claudine avaient préféré rentrer tôt sur l’estey… Ils ont laissé ce message :

A-01B-Alose copie




 

MERCREDI 6 JUILLET

Des nouvelles de l’autre lac !
Du lac de Constance, en Suisse, où Markus et son équipage familial vient de remporter la régate annuelle !
09-Regate

Et enfin, des nouvelles de l’Alose !
qui est enfin revenue de son Esventada après bien des péripéties..
01-Esventada copieL’hélice du moteur (électrique) qui s’est coincée dans les algues…
La fourche d’encornat qui n’a pas résisté au passage sous les ponts…
Et, la cerise sur le gâteau : l’Alose s’est retrouvée entièrement seule  sur le lac de Parentis ! Pas le moindre esquif à des kilomètres à la ronde. Pas étonnant, pendant ces quatre derniers jours, la navigation sur ce lac était strictement interdite au motif que… le Centre d’Essais des Landes (militaire) allait procéder à un tir du fameux missile intercontinental… celui qui doit nous protéger de… de quoi d’ailleurs…
Donc, pendant la réparation de la fourche d’encornat (faite très rapidement par les ateliers Dubourdieu de Gujan), Jean Paul et Claudine (alias Hélène dans la Résistance) se sont inscrits pour une journée au banc d’Arguin, sur une « plate » du bassin…
02-Ostréiculture copieCe sont vraiment des aventuriers de haute volée !
Et pire encore, ils vont repartir pour… la Bretagne, les « Tonnere de Brest 2016 » !


 

MARDI 5 JUILLET

« Il faut se contenter de ce que l’on a… »
ou
« Faut savoir tirer profit des petites choses… »
telle était la réponse de Clémence lorsque l’on s’interrogeait ce jour sur l’opportunité de naviguer vu que le ciel était gris, que le vent était faible, que untel avait mal à la gorge et ne pouvait pas venir, etc.
Donc, il fallut se résoudre à embarquer !
00-Depart copieC’est donc Philippe qui prit d’abord la barre. Vieux marin qui naviguait autrefois dans les parages sur les quatvins que l’on pouvait laisser échoués sur une plage, comme ça, tout simplement.
Ce jour, on décida de limiter la prise de parole à la barre à 20 mn chacun. Au top chrono, il faut être en mesure de passer la main !
Pourquoi 20 mn ?
C’est la durée maximale d’apprentissage efficace pour un bon cerveau. Dans le cas de Clémence, c’est un très bon cerveau. Donc, 20 mn d’exercice et 20 mn de classement des données cérébrales puis on recommence.
02-Equipage copieFrancis et Philippe ne sont pas avares de conseils judicieux. Clémence s’habitue donc à la navigation au près, avec des virements de bord assez courts.
01-AllerEntierPuis, arrivés à proximité des bouées jaunes (à flamme rouge), on va passer à l’allure dite « bon plein », allure royale. Le vent est maintenant à force 3 sans problème. C’est un jeu d’enfant de suivre les bouées puis de rentrer dans la zone… Ce parcours représente tout de même une dizaine de kilomètres, soit 1h 10 de navigation. On pourrait aller sur Maguide mais il nous faudrait une bonne heure de plus… Alors, on fait demi-tour, en virant face au vent puis… on relâche la grand-voile pour se retrouver sur une allure de « vent travers ».
Passage vent arrièreS’amorce donc le retour qui suit à peu de chose près la trajectoire que l’on vient de faire au bon-plein.
Regardons la trace complète du retour (tracé en vert) :
RetourEntierSur ce long bord au travers (presque largue), le bateau profite de la
04-Clemence barre copiemoindre risée pour accélérer. On dirait qu’il aime ça.
D’ailleurs, on va en profiter pour mesurer la vitesse du vent… « apparent » :
03-Ventapprent26 km/h, soit 14 noeuds et des poussières. Le vent réel doit être autour des 10 noeuds, la vitesse du bateau autour des 7 noeuds. On est toujours dans du force 3 maxi. D’ailleurs les vaguelettes commencent à déferler, tout juste. Pas de quoi s’affoler, pas de quoi prendre un ris, bien-sûr.
Arrivés au large des Caraïbes, il faut ouvrir encore plus la grand-voile pour passer au Grand Largue et entrer dans la conche de Sanguinet. Et là, les choses vont se compliquer quelque peu puisqu’il faut envisager des « virements de bord » avec du vent venant de l’arrière (manoeuvre que l’on nomme abusivement « empannage »).
Gros plan sur cette série de manoeuvres :
EmpannageSur le multimono, on fait comme sur un croiseur. On ramène la bôme dans l’axe du vent (et du bateau), on fait virer le bateau avec la barre et on relâche au maximum l’écoute de grand-voile (pour éviter un départ au lof). Évidemment, avec du force 3, on pourrait faire comme sur un bateau plus petit, j’attrape la bôme et hop, je la passe de l’autre côté… Mauvaise habitude… Quand il y aura du force 4 ou 5, cette fantaisie mène tout droit à la baille !
05-Grandlargue copieRegardez comme Clémence garde bien son bateau sur l’allure grand largue, en évitant le plein vent arrière.
Finalement, ça valait le coup de naviguer aujourd’hui. Le soleil est revenu (chaud) et le vent aussi !
Comment on dit ? « Enjoyez-vous avec ce que vous avez… » ?



LUNDI 4 JUILLET

Lundi 4 juillet

La météo hésitait…
Météofrance nous prévoyait des rafales à 40 km/h,
MF-04-07-000
alors que Windfinder voyait plutôt un vent faible venant de l’Est…
MF-04-07-001
Dans ce cas, on peut faire un mélange des deux prévisions.
En tout cas, dans l’hypothèse de rafales assez fortes, le formulaire des candidats à la voile de ce jour indiquait qu’il valait mieux avoir plus de 10 ans et être en « bonne condition physique »…
Caminar avait fait le plein avec une bande de jeunes femmes venant du Bassin d’Arcachon tandis que Potemkine embarquait Clémence et son père qui viennent aux Oréades pour leur troisième séjour.
Et, finalement, question météo, c’était plutôt le logiciel de WindFinder qui avait raison. Un vent de Nord-Nord-Est, tout doux.
Aller-04-07
Un vent portant qui nous portait donc facilement vers le large. Dans ce cas, on pourrait se laisser porter jusque de l’autre côté, 12 km plus loin. Mais dans ce cas, justement, il faut prévoir que le retour se ferait au vent de face. Or, le vent d’Est est souvent capricieux…
Donc, arrivés aux confins de la conche de Sanguinet…
03-Père copie
Philippe déclara : « Et si on allait voir les ânes ? »
Voilà une bonne idée !
Encore faut-il trouver la bonne direction de ce tout petit bout de plage qui amorce le chemin des ânes.
04-Direction copie« On le voit, il est là-bas, tout droit devant ! »
Il faut avoir de bons yeux, comme ceux de Clémence et Isabelle…
Et, effectivement,
02-chemindesanes
à fond la caisse, toute dérive et safran relevés, on beache sur ce petit bout de sable légèrement coloré par l’oxyde de fer.
Cela est une spécialité du multimono : on peut se poser sur n’importe qu’elle plage du bord de lac !
05-Beachage copie
Un endroit désert pour amarrer le Potemkine au premier arbrisseau venu et mettre pied à terre. Des expériences de ce genre, ce n’est qu’à Sanguinet qu’on peut en faire !
Et quelques mètres plus loin, en bordure du petit ruisseau, on retrouva…
06-Les anes copie
nos amis les ânes !
Ils reniflent les poches… Hélas, une fois encore, on a oublié l’avoine !
lls sont sympas mais il ne faudrait pas trop abuser de leur patience.
Promis, juré, la prochaine fois, on y pensera. Salut les gars.
07-Depart copieDémarrage facile au vent portant, toujours safran et dérive relevés. On quitte donc le lagon des ânes… Pauvres bêtes, ils nous regardent partir depuis la plage. On les aurait presque embarqués sur Potemkine. La prochaine fois !
Pour l’instant, après Isabelle, après Philippe, c’est au tour de Clémence de présider aux destinés de l’embarcation.
08-Pere&Fille copie
Quelques consignes simples : « C’est vers là-bas que tu vas… ».
Clémence a un bon feeling à la barre. On pourrait croire qu’elle est timide. Non, elle réfléchit et analyse la situation…
09-Caminar copieSurtout que par l’arrière, se profile un rival potentiel : Caminar !
Caminar est allé aux Caraïbes et se dit : « Tiens, on va remonter sur Potemkine et on va les laisser sur place ! »

10-Caminar02
Plus facile à dire qu’à faire.
Clémence se débrouille fort bien. Elle sent le vent…
Et, ce jour-là, même un bon marin aurait pu en perdre son latin !
Le vent de Nord-Nord-Est est souvent capricieux. Il agit par petites risées qui ont chacune leur propre direction !
Ainsi, sur la trace générale du parcours…
RetourEntier
on pourrait croire que tout fut simple. Que nenni.
Regardez de près cet épisode :RetourDetail
On voit bien que chaque bouffée de vent avait sa propre direction.
Les mêmes aléas éoliens s’appliquaient à Caminar.
Si bien que Clémence garda son avance jusqu’à l’arrivée !
11-Caminar03 copie
On put ainsi voir Caminar rejoindre sa bouée…
Bravo Clémence. Les copains vont être fiers de toi !


Demain mardi,
Le temps se couvre quelque peu…


 

DIMANCHE 3 JUILLET

Ce dimanche 3 juillet,
Le lac est traversable car la paix règne sur la base 120…
C’est donc bien souvent le dimanche ou le samedi que l’on peut aller espionner ce qui se fait à Cazaux (Cazaux n’est qu’un quartier de la commune de La Teste).
Il y a toujours des choses insolites à photographier dans ce coin de lac imprudemment abandonné au département de la Gironde…
A condition de ne pas oublier la carte mémoire de l’appareil photo !
Heureusement que les américains ne nous ont pas coupé les satellites. Vous allez donc pouvoir admirer les traces de « l’aller » et du « retour » :
C-03-Aller
Un grand classique : du vent d’Ouest, légèrement Nord, régulier et de force 3. Pour atteindre Cazaux, les bords de près sont tirés au cordeau. Ce jour-là, les deux bateaux se suivaient.

Pour le retour,
C-02-CarteSiteRetour
un autre grand classique au vent arrière.  Comme le vent mollissait, on envoya le gennaker (à défaut de spi…). Le foc fut donc affalé pour donner plus de chance au gennaker. Se pose alors le problème du passage du noeud d’écoute lors du virement vent arrière. Et ça bloque encore contre l’étais. Va falloir réfléchir…
Note particulière.
Lors du retour, Caminar longeait l’alignement de bouées marquant la zone « secret défense », du côté extérieur. Évidemment, quelques bateaux (moteur) se trouvaient dans cette zone interdite. Bien souvent, il s’agit d’employés de la Base 120 qui jouent à « ceux-qui-ont-le-droit-d’y-être ». Eh bien, ce jour-là, ils se sont fait déloger par leurs collègues en uniforme embarqués sur un zodiac camouflé que l’on aperçoit que très rarement.
Caminar, respectant les règles de navigation, a eu droit à des félicitations.


 

SAMEDI 2 JUILLET 2016

Ce samedi 2 juillet,
C’était parti comme une journée de nettoyage du pont. Les bateaux sont dehors depuis le 1er avril et, dans les endroits discrets, les algues vertes se multiplient.
Puis, soudain, on se souvint que ce samedi, les camarades lyonnais devaient mettre à l’eau la célèbre « Alose ». La veille, ils avaient testé le Bassin d’Arcachon. En étaient-ils revenus vivants ?
« On va aller faire un tour du côté du port de l’Estey » proposai-je ainsi à Francis.
B-02-Départ copie
Un vent que l’on avait cru de force 3 mais qui s’avéra de force 4, soit entre 13 et 15 noeuds. On croisa quelques habitués de la conche dont quelques jeunes qui s’entrainaient sur l’OpenBic :
b-04-OpenBic copie
Mais il y avait également les kite-surfers. Avec du vent force 3/4, un coup ça marche, un coup ça plonge…
B-03-Kite copie
Arrivés au large du port de l’Estey, on sruta l’horizon pour voir si l’Alose était à poste…
B-01-Estey copie
Point d’Alose… L’Alose était-elle prisonnière sur un parc à huîtres ? Cela aurait pu arriver…
Comme le vent se maintenait, on se dit que l’on pouvait aller faire un petit tour jusqu’au milieu du lac. D’autant plus qu’au loin, on aperçut une couleur de voile que l’on n’a pas l’habitude de voir, du blanc écru. C’est toujours mieux que le blanc… blanc, surtout en photographie !
B-05-Voiles écrues copieOn faisait route l’un vers l’autre…
B-01-CarteAllerSurprise ! Quel était donc ce bateau aux voiles photogéniques ?
B-06-Alose copieC’était l’Alose !
Jean Paul et sa femme (que l’on va appeler Hélène…) étaient sur l’eau depuis le matin ! Ils avaient déjà traversé le lac. Des explorateurs infatigables.
B-07-Alose2 copieCe bateau se comporte vraiment bien au près serré. Une grand-voile maintenue en forme par des lattes assez nombreuses. Et ce qui nous surprit c’est que le bateau ne gite pas beaucoup…
B-08-Alose3 copieLe bateau est bien équipé, taud de survie, moteur électrique, girouette,… provisions pour plusieurs jours et tenues maritimes de rigueur ! Nous, à côté, on fait un peu clodos…
Jean Paul et Hélène continuèrent leur exploration vers Cazaux tandis que nous rentrions à fond la caisse sur Sanguinet (avec le safran qui du coup en perdit quelques degrés).
B-02-CarteRetourDans la conche de Sanguinet, un architecte naval local essayait son prototype révolutionnaire :
B-09-Proto copieIl y a encore du boulot avant que ça n’avance un peu !
Pour ce dimanche 3 juillet :
B-Météo-03-07-000
Une météo de rêve…

JEUDI 30 JUIN

Jeudi 30 juin,

Dernier jour avant les migrations…
Un temps superbe, bien ensoleillé, sans chaleur excessive, un vent Ouest-Nord-Ouest, régulier, de force 3 à 4…
Bon alors, comment naviguer aujourd’hui ? C’est trop facile.
Jacques décide de se lancer seul sur Caminar.
Potemkine devra suivre au plus près…
Carte01
Les deux bateaux naviguent donc au près (pas ultra serré).
01-Caminar01 copie
Lorsque l’on est seul et… pas très lourd, la gite du bateau s’en donne à cœur joie. Il faut donc trouver un compromis entre une gite maîtrisable, un cap intéressant et donc une position de grand-voile répondant au mieux à ces deux premiers critères.
02-Caminar2
Caminar vient de virer. On aperçoit Jacques tentant de trouver une position en contre-gite qui pourrait lui donner un peu plus de vitesse… Le flotteur sous le vent… flotte et donc freine quelque peu le voilier.
03-Caminar3
Au large des Caraïbes, le vent flirte avec les 12 nœuds…
Sur Potemkine, il y a une « masse » de 90 kg au rappel. Ça donne plus de puissance au moteur… Alors,
04-Caminar4 copie
Potemkine passe en tête.
05-Caminar5 copie
Rien que de très normal, juste une question de poids…
D’ailleurs, il n’y aura pas de témoin ! Le lac est désert ! On se croirait le lendemain d’une explosion atomique…
Alors, on ne sait où aller…
Quand soudain, on aperçoit des points colorés du côté de Navarrosse. Ces points se rapprochent tout en longeant la côte. Serait-ce la flottille anglaise ?
On fonce sur ces petits bateaux…
Carte02
Ce sont bien nos réfugiées anglaises qui s’entrainent à rester en France avec leurs voiles d’un bleu blanc rouge à faire pâlir le plus patriote des Landes.
07-BBR01 copie
Et voici notre camarade monitrice !
08-Monitrice copie
Elle nous reconnaît et elle rameute toute sa flottille de catamarans…
09-Cata1 copie
… qu’elle va lancer à la poursuite de ces deux gros voiliers de… vieux.
S’ensuit une régate improvisée :
10-Regate copie
Spectacle étonnant. Nous maintenons tout juste notre avance !
11-CataRatrap copie
Les anglaises ont l’air ravi.
Mais la monitrice donne l’ordre de faire demi-tour :
12-Fin copie
Empannage immédiat. Heureusement que le plan de voilure n’est pas énorme…
« L’empannage » , sur multimono, demande plus de précaution.
Cela fait au moins quinze jours que ces jeunes anglaises manoeuvrent sur les eaux du lac. Les anglais sont présents sur l’eau depuis la mi-avril ! Il s’agit donc de scolaires pour lesquels cette Angleterre soi disant appauvrie paye des séjours voile à de jeunes collégiens et collégiennes… dans un camping 5 étoiles de référence !
Alors qu’à deux kilomètres de là, les collectivités communales annoncent qu’elles ne pourront plus payer l’initiation à la voile de leurs propres élèves, soit 5 demi-journées pour toute la scolarité.
Cherchez l’erreur.
En cherchant bien, sur la même photo…
13-Canoes
… on aperçoit un autre groupe de jeunes explorant les côtes en canoë.
Ah ! Ces anglais…
Le retour s’effectuera comme d’habitude au largue et grand largue.
Carte03
Mais au retour, le bateau le plus léger (Caminar) va passer devant…


Et l’Alose arriva…
Nos camarades Lyonnais sont arrivés ce soir à Sanguinet.
Demain, ils naviguent sur le Bassin. Bon courage !
Samedi, l’Alose devrait faire son entrée sur le lac.


Cinéma
Pour des besoins administratifs, Claude demande aux navigateurs multimono de faire une vidéo montrant comment se déplacent les passagers sur un multimono lors des virements de bord et ceci avec une douzaine de passagers.
Comme il s’agit d’une demande urgente, il faudrait réaliser cela la semaine prochaine.
Pensez-y !


 

Pour demain, 1er juillet :
Toujours du beau temps :
MF-01-07-000

Vent de force 3 prévu par Windfinder :
MF-01-07-001
RdV 14h 15.